Chez Jeanne – La jeunesse de Brassens

Michel ARBATZ, avec Olivier-Roman Garcia

Espace Georges Brassens Saint-Gély-du-Fesc   09 novembre 2017

Ni pipe, ni  moustache, ni…. clichés, dans ce spectacle,

Avec  sa fibre littéraire et son univers de cabaret Michel Arbatz nous confie des propos savoureux et des anecdotes avérées sur le jeune sétois, égaré un court moment sur une mauvaise pente, et pour qui la chanson devint une ouverture au monde.

Avec Olivier-Roman Garcia à la guitare, son arrangeur au style très personnel, Michel Arbatz chante les chansons du début, mais pas que. Si les chansons et poèmes choisis touchent toutes les époques, « l’histoire » se cantonne aux années de l’enfance, de l’adolescence turbulente, puis aux années de guerre et d’après-guerre où Brassens, avec une rare opiniâtreté et sans souci d’aucun confort, fera de l’amour de la vie et de l’amitié les sources de sa plume… Il  y a aussi les chansons qui évoquent les débuts comme « Les ricochets ». Ou encore des inédits tels « Comme des bras ouverts » ou «  Avec votre permission », et plein de surprises musicales.

Les lettres de Brassens à Roger Toussenot, son ami philosophe lyonnais (Janine-Marc Pezet chez Textuel) ont été le déclic de ce spectacle. Elles sont un trésor d’humanité et de culture dans cette période où Brassens crève littéralement la faim et se nourrit  de lectures universelles. Michel Arbatz y a découvert un homme épris du souci d’autrui, beaucoup plus complexe que celui que retient la légende, et a voulu parler de sa rébellion généreuse à travers l’histoire de sa jeunesse.  « Chez Jeanne » rend bien sur  hommage à celle qui donna à Brassens dans ces années difficiles, un nid pour sa naissance de poète.

D’autres hommages sont apparus dans le spectacle, dont ceux aux compagnons de Basdorf. Mais le plus émouvant  est celui à Alphose Bonafé, le prof de français, dont le style subjugua, en octobre 1936, la classe de Brassens au collège. Assis sur un coin du bureau il parla à ses élèves de Villon, de Baudelaire, de Rimbaud et d’autres…  Marc Gaillaud, dans le Midi Libre du 29/10/2017, venait d’évoquer cette période. Bernard Lonjon a contribué à l’article, et il nous a fait l’honneur d’être présent dans la salle ce 9 novembre. Il nous présentait son dernier ouvrage « Brassens. Les jolies fleurs et les peaux de vaches » (L’archipel sept.2017)

Pierre Schuller écrit : « L’autre découverte pour moi, ce soir-là (09/11/17), fut celle de Michel Arbatz que je ne connaissais que par son CD « Chez Jeanne. La jeunesse de Brassens » reçu lors de sa sortie en 2011. Dans une salle comble et ravie, j’ai assisté à une mise en scène impeccable de son récit, chanté et dit, des années de galère de Brassens. En voici un d’artiste, Michel Arbatz, aux multiples talents : chanteur, comédien, musicien que je recommande à tous les organisateurs de festivals. En un mot : formidable !

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

©2018 Thibault C. pour l'association J'ai Rendez-vous avec vous, association déclarée en préfecture de l'Hérault - Identifiant RNA N° W343015372, JO du 30 mars 2013

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Aller à la barre d’outils