Une saison de concerts

Le festival Brassens et Moustaki du 5 au 8 novembre 2020

Vous reprendrez bien un peu de Brassens ?
Comment rester insensible à cette  invitation de Mardjane Chemirani pour débuter  le rendez-vous avec Brassens  de novembre 2019.
Il a une nouvelle fois,  enchanté un public désormais fidèle, auquel s’agrègent chaque année de nouveaux festivaliers.
Entre le charme, le talent, et la générosité de Mardjane Chemirani, de Pauline Dupuy avec son Contrebrassens, la voix si singulière du sétois Michel Avallone,
les accents québécois du Trio Sortilège, et la présence exceptionnelle de Joel Favreau, cet éternel jeune homme qui fût durant plus de dix ans la seconde guitare de Brassens, la programmation était franchement réussie.
Comme un symbole de relève, Joel Favreau a partagé la scène avec Manuel Hernandez, une jeune pousse.
La soirée consacrée à Jacques Brel a permis de découvrir l’étonnant Jonatan Saïssi.
Le « OFF », avec des scènes ouvertes et des moments de partage en chansons sous le chapiteau de la Devoiselle, a généré rencontres et échanges.
Et comme c’est inscrit dans les gènes de l’association, toute une ville aura une nouvelle fois chanté Brassens. Le festival, comme chaque année,
a offert  à tous, toutes générations confondues, de chanter le poète sétois, juste avant l’été de la Saint-Martin : au marché, dans les écoles, à la maison de retraite…
Belle cuvée Brassens que ce festival 2019.Et la question reste bien d’actualité : « Vous reprendrez bien un peu de Brassens ? ».
Alors, Rendez-vous en 2020 ?
En 2021 où l’on célébrera le centenaire de la naissance de Georges Brassens, en même temps que les quarante ans de sa disparition à Sant-Gély-du-Fesc ?
Et pour retrouver tous les moments forts : onglet rétrospective.

Charles Trenet

« Trenet le Jazz et Moi » : un hommage au fou chantant, avec ses mélodies à la fois gaies et poétiques. « Valérie Hebey Jazz trio » emmène le public dans un jardin extraordinaire. Swing, énergie, musicalité et grande complicité entre la chanteuse de jazz Valérie Hebey, le piano de Julio Laks, et la contrebasse de Giovanni Licata.
« Le jazz lui va si bien » dit Valérie, dont le père Emile Hebey, a été l’impresario de Trenet pendant de nombreuses années. « Charles a laissé une trace indélébile au cœur de mon enfance, à cause de sa folle poésie, de ses mélodies et de tous les personnages de ses chansons… »

©[2019] Thibault C. pour l'association J'ai Rendez-vous avec vous, association déclarée en préfecture de l'Hérault - Identifiant RNA N° W343015372, JO du 30 mars 2013

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?