Rendez-vous avec Brassens et Brel

7 au 10 novembre 2019

Saint-Gély-du-Fesc

Les concerts à l’espace Georges Brassens

 

 Jeudi 7 novembre 20 H 30

 « Vous reprendrez bien un peu de Brassens ?» Mardjane Chemirani

Mardjane Chemirani, apporte une vision  féminine, à la fois espiègle et intimiste de Brassens. La voix féminine est  portée par le jeu vif et fluide du pianiste René Brion.   Brassens chanté par une femme, l’idée pourrait paraître saugrenue, mais l’œuvre du poète  affirme sa vocation universelle et sa capacité à assumer sa part de féminité !

« Mardjane Chemirani a un timbre personnel, identifiable, qui fait d’elle une chanteuse interprète à part entière, loin du style « choriste » véhiculé par les télé-crochets actuels. Avec une tessiture profonde couvrant bien, sans forcer et avec aisance, l’ensemble de la gamme, elle pose sur « Jeanne » ou « Les passantes », un phrasé tout en douceur et intimité, parfois sur l’équilibre d’une fêlure laissant poindre l’émotion. (La revue du spectacle, Magazine des arts) »

« Brave gens »   Trio sortilège

Sortilège remet,  à sa manière, Georges Brassens sous les projecteurs. Loin d’un hommage académique et tout en conservant l’authenticité du patrimoine,  «Braves gens» est un spectacle qui traverse sa vie, en anecdotes et chansons jalonnées des grands succès : La mauvaise herbe, Je suis un voyou, L’auvergnat… et d’autres moins connues que l’on prend toujours plaisir à faire redécouvrir. « Les chansons sont interprétées  tout à la couleur nord-américaine dans le plus  grand respect. Le trio est  un familier des chansons québécoises et joue dans des sonorités traditionnelles de folk, de jazz avec des envolées de violon.

Sylvain Bellegarde : chant et guitare ; Olivier Leclerc : violon et chant ; Peter Coutouly : basse et chœur

Avec la sortie de leur premier album, ce trio Sortilège, aux sonorités traditionnels


Vendredi 8 novembre 20 H 30

« L’échappée Brel »

C’est l’aventure de Jacques avec les chansons de Brel, mais ce n’est pas l’histoire de Jacques Brel. Juste une histoire d’amour que trois âmes un peu égarées, le temps d’une représentation, vont  restituer. Avec leurs notes et leurs mots, leurs rires, parfois leurs larmes, mais toujours avec espoir. De Bruxelles à Varsovie, d’Amsterdam à Paris, de Madeleine à Mathilde, de Frida à Margot, c’est un tour du monde comme un tour des femmes que ce spectacle  raconte. Une quête de soi et de l’autre où la passion triomphe !

Jonatan SAISSI  au chant, Fabienne BALANCIE-ARGIRO, piano, accordéon, accordina et Christian LABORDE, guitares, guitalélé.

« …on est loin, tant dans le chant que dans l’environnement musical, des pâles resucées qui vous font d’autant plus regretter la version originale. On vit, on revit Jacques Brel autrement et on n’en apprécie que plus, ce voyage thématique en Belgique. Fred HIDALGO »


Samedi 9 novembre 20 H 30

« L’éternel estivant » Michel Avallone

Qui a entendu la voix singulière de Michel Avalon, né lui aussi à Sète, mais qui a pas mal bourlingué dans le monde et surtout du côté des îles, est surpris d’en reconnaître la validité dans l’interprétation de Georges, alors que les rythmes, les couleurs, se promènent ailleurs…dans d’autres chaleurs. Aucune trahison en effet, au contraire, mais avec les mots, les sourires, les bousculades, qui accompagnent les retrouvailles avec un ami, peut-être même d’un frère.

Sur scène Michel Avallone (chant guitare et ukulélé), Dorine Duchez à l’accordéon, accordina et au chant, chœurs et cajon ainsi que Claude Delrieu à la guitare électrique et l’accordéon, se promènent avec virtuosité lors de cette balade ou plutôt cette ballade avec “L’éternel estivant”…

« Contrebrassens » Pauline Dupuy

Pauline Dupuy nous fait redécouvrir Brassens sous un éclairage neuf. Révélant la saveur musicale de ses mélodies et la profondeur de ses textes, elle nous promène dans des histoires choisies autour de la femme… L’univers fantasque et surprenant de son guitariste  Michael Wookey, se marie avec merveille et justesse à la douceur et la sobriété de la contrebassiste. Brassens par une femme ? Georges en aurait fait une chanson, Pauline un spectacle.

Pauline Dupuy (contrebasse, chant) et Michael Wookey (guitare, toy piano, chant)

« Pauline Dupuy est depuis devenue, malgré le nombre de postulants, l’une des plus grands interprètes de Brassens. Tant que c’en est simplement bouleversant. » Michel Kemper, nos enchanteurs.
?

« Les chansons de Brassens, une femme et une contrebasse. Un pari audacieux relevé haut la main par une artiste étonnante (…) Avec talent et fraicheur. Avec respect et malice. Avec féminité. Et la surprise est magistrale… D’un regard amoureux pour son bel instrument. Pauline Dupuy ajoute un supplément de musicalité aux chansons. Sans jamais nuire à leur essence. Difficile à croire ? C’est certain. Alors un seul conseil : allez voir… »(Karine Prost)

Dimanche 10 novembre 17 H  

« Salut Brassens »   Joël Favreau

Peut-on encore surprendre en reprenant du Brassens ? Oui ! prouve Joël Favreau la deuxième guitare à l’ombre du manche du maître, pendant plus de dix années. « Poussé avec rudesse, écrit Télérama, par Le Forestier, (« écoute, tu nous emmerdes avec ta deuxième guitare. Est-ce que tu vas te décider à chanter ? »), Favreau, qui a déjà publié ses propres chansons, ose enfin chanter Brassens. Et c’est superbe : la voix est chaude et bien timbrée, l’articulation exemplaire. La guitare alerte et l’accordéon qui lui répond rendent ensemble justice à une musicalité que les po-pom po-pom de la version d’origine réduisaient au minimalisme : et c’est enthousiasmant !

« Sans les cordes nylon de la guitare de Joël, dit Le Forestier, les ritournelles, les fioritures, les réponses, les contrechants, les nuances… de nombreux titres de Brassens souffriraient d’un manque. Sans Favreau, ces titres seraient-ils entendus comme ils le sont aujourd’hui? Rien n’est moins sûr. Tant que les chansons de Brassens nous accompagnent, on peut tirer son chapeau à Joël!

Joël Favreau n’avait jamais pu enregistrer avec Georges Brassens « La supplique pour être enterré sur la plage de Sète » Il accompagnera, chez nous, en « live » à la guitare, Brassens et Pierre Nicolas en vidéo. Il l’avait fait août 2011 sur le Cadre Royal de Sète. Ceux qui en étaient se souviennent du frisson qui avait parcouru le public de 3000 personnes massé sur les quais, dans un silence de cathédrale, alors que les fêtes de  la Saint-Louis battaient leur plein.

Avec Joël Favreau guitare et chant, Christian Fourcade accordéon.

« Favreau poursuit la période Brassens dans une carrière solo. Les chansons de Brassens revivent. Je me souviens d’un récital, … au Laurette Théâtre, rue Bichat. L’artiste avait interprété seul, en arpèges, Les Passantes. Salle sidérée. Les larmes aux yeux. J’en ai gardé des frissons

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

©[current-year] Thibault C. pour l'association J'ai Rendez-vous avec vous, association déclarée en préfecture de l'Hérault - Identifiant RNA N° W343015372, JO du 30 mars 2013

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?