Heureux qui comme Georges

Un autre regard sur Georges Brassens en chansons, histoires et souvenirs,
par Jeanne Delpont-Corporon, Régine Monpays et Bruno Granier

C’était le 22 mars 2019
Espace Georges Brassens Saint-Gély-du-Fesc

« Allons-y ! Enfin, après tout, faire plaisir à un type en lui chantant une chanson, qu’est-ce que tu veux souhaiter de mieux sur terre » (Georges Brassens)

Bien sûr, nous avions dévoré, en entier,  le rayon Brassens de la  bibliothèque. On se précipite sur la  lettre de l’ADSA et la revue  Les amis de Georges. On croyait tout savoir. Mais c’était peut-être façon Wikipedia.

Mais là ce fut  comme un album de famille  feuilleté, avec discrétion et pudeur. Moment de bonheur. Moment d’intimité, mais sans trop.

Avec juste ce qu’il faut d’imaginaire, nous flânons sur les quais du canal Royal,  avec des collégiens  en mal de conquêtes amoureuses. Nous percevons le piano d’un camp lointain jouant Papa, Maman. Nous relisons Verlaine et Villon dans la bibliothèque du XIV ième. Nous l’accompagnons sur la butte, comme pour un chemin de croix, chez Patachou, pour clamer une mauvaise réputation. Nous jetons un œil, juste un peu voyeur, dans une impasse ou une dame, la Jeanne, lisse les plumes de sa cane.

Mais de cette impasse-là, se répandit  tant de bonheur et pour beaucoup…un poète universel était-il écrit un jour à l’UNESCO.

On a partagé en famille des croissants chauds au café du matin sur la table de Crespières.

En chantant nous l’avons laissé sur la plage de la corniche, mistral et tramontane se joignant  à nous.  Il restait à fermer l’album, heureux après ce long voyage, quand vint grand moment d’émotion, un document d’exception.

Dans un des rares entretiens enregistrés, accordé par Püpchen, elle évoque tendrement, lentement une certaine demande en mariage.

Nos autres évènements à venir

Charles Trenet

« Trenet le Jazz et Moi » : un hommage au fou chantant, avec ses mélodies à la fois gaies et poétiques. « Valérie Hebey Jazz trio » emmène le public dans un jardin extraordinaire. Swing, énergie, musicalité et grande complicité entre la chanteuse de jazz Valérie Hebey, le piano de Julio Laks, et la contrebasse de Giovanni Licata.
« Le jazz lui va si bien » dit Valérie, dont le père Emile Hebey, a été l’impresario de Trenet pendant de nombreuses années. « Charles a laissé une trace indélébile au cœur de mon enfance, à cause de sa folle poésie, de ses mélodies et de tous les personnages de ses chansons… »

©[2019] Thibault C. pour l'association J'ai Rendez-vous avec vous, association déclarée en préfecture de l'Hérault - Identifiant RNA N° W343015372, JO du 30 mars 2013

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?